Historique de la prise en charge 

Nous allons distinguer historiquement trois grands mouvements de prise en charge en rééducation fonctionnelle et  les fonctionnements d'équipes en structure de soins. Si nous abordons ici la prise en charge plus spécifique de l'aphasie, ces mêmes mouvements se retrouvent dans la prise en charge d'autres troubles neurologiques.

LES APPROCHES TRADITIONNELLES

Elles se composent de deux grands courants : 

Les prises en charges neurolinguistiques :  
Elles sont motivées par la recherche des manifestations de surface des troubles linguistiques. 
Elles sont centrées sur les incapacités liées à la lésion. On y traite les symptômes. L'objectif de ces prises en charge est de stimuler le système linguistique de combler le plus possible les manques créés par l'aphasie.  

Les prises en charge cognitives : 
Elles s'appuient sur les différents niveaux du traitement du langage. 
Elles sont centrées sur les incapacités mais aussi sur les capacités restantes. On s'intéresse plus à la fonction perturbée qu'aux seuls symptômes.
L'objectif est de contourner ou de réorganiser des conduites langagières. On recherche la mise en place de stratégies compensatoires.  

LES APPROCHES FONCTIONNELLES

Elles sont arrivées tout naturellement après les prises en charge cognitives. 

Les prises en charge pragmatiques (type PACE, TMR, groupes ...)
Le transfert des acquis après les rééducations traditionnelles n'est pas systématique. Cette constatation a conduit les thérapeutes à proposer des mises en situation afin de favoriser leur utilisation au quotidien. 
Elles sont centrées sur les capacités langagières, et de communication au sens plus large, en contexte. Il reste artificiellement construit et très limité. 
L'objectif est d'optimiser les compétences résiduelles. 

Les prises en charge écologiques : 
On recherche l'ancrage dans le réel. 
La prise en charge est centrée sur les conséquences du handicap dans la vie quotidienne (déficiences, capacités, incapacités définis par la Classification Internationale des Handicaps CIDIH). 
Plusieurs thérapeutes (en particulier les ergothérapeutes), les assistantes sociales, interviennent à ce niveau pour adapter le milieu au handicap, pour une meilleure qualité de vie. 

LES APPROCHES PSYCHO-SOCIALES

Ces approches se caractérisent par une volonté des thérapeutes d'impliquer l'entourage du patient aphasique. 

Les prises en charge sociales de l'aphasique (un exemple : l'Analyse Conversationnelle) :
Elles cherchent à développer les aptitudes à dialoguer en contexte naturel.  
Partant du constat que les possibilités d'adaptations du patient aphasique sont limitées, c'est sur le couple créé avec le conjoint ou le partenaire privilégié de la personne aphasique que le thérapeute va pouvoir agir. Elles sont donc centrées sur l'information et l'entraînement du partenaire.
L'efficacité de l'échange d'informations (interactions et transactions) est primordiale. 

Les prises en charge palliatives de l'aphasie (Abord systémique) :
Elles sont motivées par le maintien de l'équilibre des interactions au sein du système familial et environnemental altérées par les troubles du langage. 
Elles sont centrées sur l'individu dans son système. 
La création d'un outil qui appareille la situation de communication entre dans le cadre de cette approche. 
L'objectif est de développer au sein du milieu de vie des stratégies restaurant les échanges malgré la déficience linguistique.

         Un classeur de communication se situe au carrefour des PEC traditionnelles, fonctionnelles et psychosociales


FONCTIONNEMENTS D'ÉQUIPES

L'évolution des prises en charge va de pair avec l'évolution du travail en équipe. Les conceptions de l'humain, du fonctionnement du cerveau, des troubles neurologiques et bien sûr des soins, ont amené des changements dans la nature des échanges entre professionnels de la santé. 
Schématiquement nous pouvons repérer trois grands types de fonctionnements d'équipe (réelle en centre de rééducation, virtuelle dans les réseaux de libéraux) : 

Fonctionnement pluridisciplinaire :

Les thérapeutes se répartissent les symptômes. Le langage est destiné aux orthophonistes, le schéma corporel aux psychomotriciens, les praxies à l'ergothérapeute, la marche aux kinésithérapeutes. 


Fonctionnement interdisciplinaire :

Plusieurs thérapeutes s'occupent d'une fonction, altérée par une atteinte neurologique. On voit ainsi se créer des points communs dans les objectifs thérapeutiques comme par exemple la création de groupe de communication où interviennent des orthophonistes mais aussi par exemple des ergothérapeutes ou des psychomotriciens. 


Le fonctionnement le plus mature et qui demande à chaque profession une ouverture vers les autres est le fonctionnement transdisciplinaire. Tous les rééducateurs, soignants et intervenants sociaux mettent leurs compétences au service du projet de vie du patient. Une partie du travail est commune à tous, une autre partie reste spécifique. 

                        Le fonctionnement pluridisciplinaire convient très bien aux prises en charge traditionnelles
                 Le fonctionnement interdisciplinaire permet les prises en charge pragmatiques et écologiques
            Le fonctionnement transdisciplinaire est une condition sine qua non des prises en charge palliatives

Pour aller plus loin : 

(1) DE PARTZ MP. Les techniques de rééducation alternatives ou supplétives. In : Rééducation Orthophonique 1999 ; 198 : 111-112.
(2) DESTAILLATS J.M., BELIOT C. Abord systémique du handicap : plaidoyer pour une prise en compte de la dimension familiale et institutionnelle. Journal d'ergothérapie 1999.
(3) MAZAUX JM, FERNANDEZ B, MOLY P, JOSEPH PA, BARAT M. Traitement et rééducation des aphasies de l'adulte. PELISSIER J, BUSSEL B, BRUN V In : Innovations thérapeutiques et hémiplégie vasculaire. MASSON, PARIS, 2005 ; 48 : 102-110
(4) MAZAUX JM, BRUN V, PELISSIER J. Aphasie 2000. Masson, Paris, 2000.
(5) MICHALLET B, LE DROZE G. L'approche sociale de l'intervention orthophonique auprès des personnes aphasiques : une perspective canadienne. In : Ann Réadaptation Méd Phys 1999 ; 42 : 546-56
(5) MOLY P, ELGOYEN C, MAZAUX JM et al. Analyse de la conversation et entraînement à la communication des personnes aphasiques et de leurs proches. In : Ann Réadaptation Méd Phys 2004.

Les auteurs de ce site sont propriétaires de sa présentation et de son contenu ainsi que des éléments de propriété intellectuelle qu'il comporte.

Nous partageons avec vous notre expérience et nos contenus. Aussi, nous vous demandons de citer votre source et ses auteurs

si vous souhaitez extraire certains éléments de nos pages, et nous vous en remercions.

 

Isabelle Gonzalez (Orthophoniste) - Nelly Munier (Psychomotricienne) - Hervé Petit (Médecin MPR) - Cely Bolinches (Ergothérapeute)

Contactez-nous