Adaptations et personnalisation du registre de base du classeur C.COM

Vous avez exploré le classeur de base C.COM, ses rubriques et ses items-cible.
Afin qu'il soit au service de ses utilisateurs et permette une communication réussie entre la personne aphasique et ses interlocuteurs il va falloir y apporter des ajustements indispensables
Son utilisation ne s'ancrera et ne se maintiendra dans le temps que s'il contient les cibles attendues pour illustrer l'information à transmettre. Il s'agit là de l'une des clés indispensables à la réussite de l'utilisation du support

Nous sommes dans le cadre de la transmission d'informations entre une personne aphasique et un interlocuteur.

L'aphasie impose des ajustements, des contournements, de nouveaux codes.  Pour analyser et à transmettre des significations, il faut se concentrer sur un point commun sûr et stable : le thème central de l'idée à transmettre et permettre son analyse.

Transmettre passe par l'image.

La photographie pointée et les indices qui sont ajoutés : les mots, le rythme et l'intonation de vos phrases, gestes, vont guider la personne aphasique vers le thème de l'échange. 

 

Imaginons, vous construisez un classeur de communication et vous souhaitez proposer une communication ouverte et adaptée, donc le support des échanges ne doit pas être un kit standardisé. Les planches ne devraient pas être déjà organisées  pour un échange pré-construit. Si vous codez l'organisation d'une planche vous imaginez une forme "prête à penser" forcément réductrice. Evitez cet écueil si souvent rencontré dans les supports existants, laissez l'échange librement ouvert, et faites confiance à la créativité des interlocuteurs ! Offrez aux utilisateurs tous les choix possibles.

 

Pour que l'échange aboutisse il faut s'appuyer sur un outil modifiable et reproductible selon le besoin. Il faut couvrir les thèmes de communication habituels qui seront illustrés dans le support C.COM final. C'est un travail sur mesure.

Le point de départ : le classeur de base.

 

Les principes :

La structure de base doit être ajustée à l'environnement (humain, géographique) et personnalisable, en fonction du patient à qui le classeur est destiné (ajustements en fonction des thèmes spécifiques d'échanges) et modulable pour suivre les modifications de la communication dans le temps.

Pour l'adapter au contenu des interactions il faut définir avec précision et illustrer les besoins et demandes des utilisateurs, personne aphasique et par exemple aidant familial ou aidants institutionnels, médecins, équipe d'aides à domicile. Les utilisateurs sont directement impliqués dans sa construction. Il s’agit de construire un classeur sur mesure, personnalisé  à partir du classeur de référence.

 

Sur les pages affichées, les cibles photographiées pourront alors être modifiées, supprimées.

Selon la règle d'or : apporter ce qui est nécessaire et suffisant.


La forme personnalisée est travaillée sur ordinateur puis imprimée et assemblée en format papier A4 ou A5, ou importée sur une tablette numérique.

 

Le classeur C.COM a été adapté et implanté dans une clinique de rééducation fonctionnelle en 2000. Vous trouverez en suivant ce lien la démarche et les résultats obtenus. Cliquez ici.

Une forme évolutive, la clé d'un support fonctionnel :
Un outil palliatif de communication ne remplira pleinement sa fonction que s'il ouvre le champ des échanges par les adaptations spécifiques qui lui seront apportées. Les besoins et les thèmes de communications ne sont pas figés dans l'histoire d'un patient et suivent le fil de la vie.
L'informatique permettra facilement  de modifier au fil du temps la forme personnalisée enregistrée en suivant les choix, les demandes de la personne phasique ou celles de son entourage, son évolution, son environnement ou son mode de vie. 

 

Mais n'oublions pas que si ces adaptations et ajustements sont l'une des clés de la réussite de la mise en place du support, l'utilisation d’un support de communication par le patient sera d’autant plus spontanée qu’il sait son partenaire compétent à l’utiliser, et que la transmission d’informations entre les interlocuteurs sera d’autant plus fonctionnelle et réussie que la personne non aphasique sera active et pertinente dans son utilisation.

La formation de l'aidant est un objectif incontournable.

 

Pour construire installer et utiliser un support de communication en institution, en centre de rééducation et réadaptation, au sein de la famille, des formations existent. Pour connaître les dates et les thèmes (des formations plus générales sur l'aphasie, ou des formations directement centrées sur les systèmes palliatifs de communication) suivez les liens ci dessous.

Elles sont construites à destination des professionnels de la santé

 

Formations prévues en 2020  :

- Dys'Kate Formations : http://www.dyskateformation.fr/

   Communiquer malgré l'aphasie, courant pragmatique et classeurs de communication, Paris 9 et 10 mars 2020  - FIF-PL et DPC

- ANFE : https://www.anfe.fr/les-formations

Les auteurs de ce site sont propriétaires de sa présentation et de son contenu ainsi que des éléments de propriété intellectuelle qu'il comporte.

Nous partageons avec vous notre expérience et nos contenus. Aussi, nous vous demandons de citer votre source et ses auteurs

si vous souhaitez extraire certains éléments de nos pages, et nous vous en remercions.

 

Isabelle Gonzalez (Orthophoniste) - Nelly Munier (Psychomotricienne) - Hervé Petit (Médecin MPR) - Cely Bolinches (Ergothérapeute)

Contactez-nous